OLYMPIQUE DE MARENGO saisons 1924 jusqu’à 1951

 

 

 

 

 

Sigles 1_clip_image034

L’OLYMPIQUE DE MARENGO créé le 21 Novembre 1924 débutait en 3 e Division et enlevait le titre de champion la même année.

Elle accédait en 1929 en 2 e Division et enlevait également le titre de champion de cette division.

téléchargement

En 1930, l’ O.M , jouait en 1 er Division et arrivait à l’égal des meilleurs clubs, trois années après sa création.

Après un travail persévérant, l’ O.M sortait champion de la 1 er Division et accédait à la division d’honneur, jouant ainsi avec les ténors 1934-1935.

20_marengo_biscos

En 1936-1937 l’ O.M reprenait sa place en 1 er Division après avoir perdu les matchs de barrages face au MOULOUDIA CLUB ALGEROIS .

La saison 1937-1938, voyait à nouveau l’ O.M sortir champion de la première Division et reprendre sa place en Division d’honneur en battant le Groupement Sportif Orléansvillois   ( G.S.O ).

 

11-10-1937-olympique-marengo-mca-1-1images (1)images (8)
En 1938-1939, l’ O.Marengo faisait parler d’elle en se classant 3 ème en championnat départemental et fournissait plusieurs joueurs pour défendre les couleurs de la ligue d’Alger dans les matchs interligues  tels que GOMEZ, FERRANDINI, BEINEITO frères,  etc..etc..

A l’issue de cette saison, l’O.M redescendait à nouveau en première Division, battue en matchs de barrages par le Groupement Sportif Orléansvillois (G.S.O) .

La guerre survint ainsi que les années creuses où le sport vivait à l’état latent.

Après la « libération de la France » en 1945, un groupe d’anciens joueurs reprenait les destinées du club.

En 1947-1948, l’ O.M sortait 2 ème de son groupe et jouait les barrages contre le R.C.Maison-Carréen (R.C.M.C).

703342505_small

Pendant la saison 1948-1949, l’ O.Marengo se classait également 2 ème de sa division et disputait à nouveau les matchs de barrages contre le F.C.Blidéen ( Football Club Blida).

En 1949-1950 après une préparation minutieuse, l’ O.M enlevait le titre de champion de 1 er Division sans connaître la défaite, battait en matchs de barrages, par deux fois, le R.C.Maison Carrée et accédait ainsi en  Division d’Honneur.

images (4)

En 1950-1951, les matchs de barrages ayant été supprimés et remplacés par la descente automatique, l’ O.M se retrouve en division inférieure.

Elle va faire de son mieux cette saison, encouragée par ses supporters et appuyée par son conseil d’administration renforcé pour reprendre sa place en division d’honneur.

L’ O.M était présidée par M. Hardy Roger le maire à cette époque était Emile Vegler      

Où est donc le DEVOIR DE MÉMOIRE COLLECTIVE de HADJOUT ???

Petite histoire aux grandes conséquences

Février 1958, l’OM (Olympique de Marengo) accueille le Galia sport d’Alger dans un match de football explosif, sur une action menée tambour battant par le milieu de terrain des marengoins, une reprise de volée de l’avant centre local a failli faire mouche. Du haut de la tribune, une voix s’éleva : « La prochaine fois brosse la balle khouya (mon frère) », aussitôt une autre lui répliqua : «He Cap, apprend à ton frère à brosser » (sous entendant à cirer les chaussures). Ce fut les paroles du sergent René Ducarmes qui était à l’époque à la SAS de Meurad (village à 4 km de Marengo).  Se sentant insulté dans son propre pays par un colon,  le dit Cap, qui était en fait un diminutif d’Al Capone et qui en réalité s’appelait Mohamed répondit : « Viendra le jour, Monsieur Ducarmes, où ça sera vous qui lui cirerez les chaussures ».

Dans un silence de cathédrale, les supporters colons français suivirent le restant de la partie en ayant cette phrase dans leur tête et qui bourdonne dans celles qui sont encore en vie. Elle fut prononcée ce dimanche du mois de février 1958, suivirent le lundi, le mardi et le mercredi, depuis ce jour là on n’a plus revu Monsieur Ezzedami Mohamed, âgé alors de 26 ans, frère de Ezzedami Zoubir qui était l’avant centre de l’équipe de l’OM.

Ce mercredi, tu avais conduit ta femme de 21 ans et tes enfants 2 ans, 1 an, et 2 mois faire un tour à Hamam Righa dans ta Citroën 15 légère mais tu as rebroussé chemin car tu te sentais suivi, tu as déposé ta petite famille chez les grands-parents derrière l’hôpital, tu as dit à ton épouse : « Je vais chercher à souper pour les enfants » Malheureusement, personne ne t’a revu, apparemment tu as été emmené de force devant la maison rue de la batterie (Douar el zouaoui) dans une voiture noire où l’on a du t’assommer à coup de crosse pour t’y faire pénétrer. La suite n’est que supputation, certains disent que tu as été assassiné tout de suite, d’autres disent que tu as du creuser ta tombe de tes propres mains dans les environs de Kasbar, un petit cimetière situé sur la droite avant d’arriver au rond point de Hamam Righa, possible que ce soit là ta dernière demeure et que tu as voulu indiquer à ta famille qu’il fallait regarder dans cette direction en effectuant ton ultime escapade avec elle. Tu as été à 13 ans l’ainé de 7 enfants orphelins de père et de mère, tu as réussi à les élever et à leur donner tout ce dont ils avaient besoin malgré ton jeune âge, tu as dormi sur les tables en marbre des abattoirs, été comme hiver, pour leur laisser la place chez l’un ou l’autre oncle. Personne n’a manqué de rien, sauf de toi quand tu n’as plus été là. On t’a surnommé Al Capone parce que, dans ta démarche et allure fière, tu as su assortir ta tenue vestimentaire ce qui te donnait un air de ressemblance à celui qui reignait sur Chicago à cette époque, cela faisait des envieux et des jaloux dans toute la communauté coloniale. Tu as toujours défendu les faibles, tu as pleuré quand ton ami et frère Sid Ali Hocine fut assassiné par l’armée française, tu voulais le venger mais la maladie t’avait retenu au lit. Tes escapades nocturnes vers le maquis pour ravitailler les Moudjahidines n’étaient connues que par ta belle-mère qui savait, à sa manière, rassurer sa fille. Quelquefois tu es apparu dans des rêves, beau et élégant, fidèle à ta réputation, tes paroles furent : « Je viens juste voir si vous allez bien ». Je te rassure, Papa, que nous allons tous bien, du moins nous deux, ta dernière t’avait rejoint à l’âge de 6 mois suite au chagrin de ton épouse du à ton absence. La personne (ton frère Zoubir) qui s’est occupée de nous après ta disparition l’a fait d’une manière plus qu’exemplaire, nous a donné une très bonne éducation, de l’assistance, de la tendresse et de l’amour dont tout enfant peut espérer. Au point de se sacrifier pour pas mal de choses afin de nous voir heureux mais cela tu dois le voir de là où tu es. Plusieurs personnes dans ton cas ont disparu et dont leurs parents se posent des questions et aimeraient, ne serait-ce que connaître l’endroit où ils sont enterrés afin d’aller  prier sur leur tombe.

papa-la-classe.jpg

Tu as donné ta vie, tu as payé par tes mots ce que les uns et les autres attendaient parce que, malgré les apparences, tu étais discret sur l’essentiel c’est-à-dire le combat pour la liberté de l’Algérie. Nous sommes fiers de toi d’avoir annoncé, en public et dans une tribune, la fin du colonialisme quatre ans avant, malgré toi, et est-ce là un cadeau du ciel qui te fut donné juste avant ta mort pour t’exprimer debout, devant un parterre de monde et dire ce qui te tenait le plus à cœur? Cette place n’est donnée, dans ce bas monde, qu’aux gouvernants et toi tu l’as eue à 26 ans dans ton pays qui est l’Algérie et de surcroît sous l’occupation. Tu resteras à jamais vivant dans nos coeurs et nos pensées car les HEROS ne meurent jamais. Allah yarahmek wi wassaa alik dar el-daima, Allah yarhem el chouhadas.

Je suis fier de toi papa.

Par Kouider Ezzedami….Titre de cette page par le webmaster 

HADJOUT MARENGO et L’AUTHENTIQUE USMM EN DEUIL

  1. C’est avec une profonde émotion que l’on vient d’apprendre le décès de ARBOUCHE MOHMED dit Mouhouch ancien de Marengo et gardien de but de l’USMM (authentique),  les mots ne nous viennent pas, tant l’émotion submergée de tristesse nous envahit. Nous prions Allah de l’accueillir en son vaste paradis et de lui accorder sa miséricorde et sa clémence.

    dsc04067-1.jpg

    HADJOUT MARENGO et L’USMM en moins d’une semaine viennent de perdre trois de ses enfants; Après AZIZI Mohamed et ALLIK Taïeb (Paix à leur âme) nous apprenons avec une très grande tristesse le décès de Mohamed ARBOUCHE dit Mouhouch qui a été rappelé par notre Dieu pour rejoindre son fils Rachid (Allah yarahmou) décédé deux années auparavant. Trois familles viennent de perdre leur être cher, les HADJOUTIS et MARENGOINS authentiques aussi,….La tristesse envahit profondément toutes celles et ceux qui ont connu les défunts et leurs familles,…ARBOUCHE MOUHOUCH était une personne respectueuse et très respecté, modeste, humble, serviable et souriant il a de tout temps aimé son prochain. ARBOUCHE MOUHOUCH ancien hospitalier des services généraux est allé rejoindre ses anciens collègues (Allah yarham’houm), Ancien gardien de but de l’USMM, puis de l’OM et au lendemain de l’indépendance il reprendra ses activités sportives avec le club de ses amours USMM,… ARBOUCHE Mouhouch ancien sportif a consacré sa vie avec sérieux et sourire à sa famille, son travail et sans réserve au service du sport,… Avec ses anciens collègues il a été membre fondateur d’une équipe corporatif de football dénommée les « 3 H » (Hôpital Hospice de Hadjout) avec laquelle les anciens hospitaliers de Hadjout hommes, femmes et les patients vivaient en harmonieusement et ont rehaussé le prestige de l’hôpital tant dans le cadre professionnelle que sportif. Dès sa retraite le défunt ARBOUCHE Mouhouch passa le relais à ses deux des trois enfants titulaires de l’I.S.T.S (Institut Supérieur des Techniciens Sportifs). Depuis sa retraite la vie du défunt se résumait famille, prière quotidienne et l’excellence relationnelle avec les Marengoins. Depuis le décès de l’un de ses enfants, son fils Rachid (allah yarahmou) on ressentait chez ARBOUCHE Mouhouch tristesse en même temps la résignation puisque profondément croyant il se remettait qu’à Dieu le tout puissant, le clément et miséricordieux. Aujourd’hui notre ARBOUCH MOUHOUCH à l’appel de notre Dieu nous quitte pour rejoindre son fils Rachid, ses amis et ses collègues (Allah Yarham’houm), laissant derrière lui ses êtres chers, sa famille et ses amis lesquelles ils garderont du défunt de très bons souvenirs…. ARBOUCHE MOUHOUCH QUE DIEU T’ÉLÈVE AU PLUS HAUT DE PARADIS ET QU’IL ASSISTE TON ÉPOUSE ET TES ENFANTS DE COURAGE.

    A TOUTE LA FAMILLE ARBOUCHE MOUHOUCH NOUS VOUS PRÉSENTONS NOS SINCÈRES CONDELEANCES…
    ان لله و ان اليه راجعون

    Photo : ‎HADJOUT MARENGO et L'USMM en moins d'une semaine viennent de perdre trois de ses enfants; Après AZIZI Mohamed et ALLIK Taïeb (Paix à leur âme) nous apprenons avec une très grande tristesse le décès de Mohamed ARBOUCHE dit Mouhouch qui a été rappelé par notre Dieu pour rejoindre son fils Rachid (Allah yarahmou) décédé deux années auparavant. Trois familles viennent de perdre leur être cher, les HADJOUTIS et MARENGOINS authentiques aussi,....La tristesse envahit profondément toutes celles et ceux qui ont connu les défunts et leurs familles,...ARBOUCHE MOUHOUCH était une personne respectueuse et très respecté, modeste, humble, serviable et souriant il a de tout temps aimé son prochain. ARBOUCHE MOUHOUCH ancien hospitalier des services généraux est allé rejoindre ses anciens collègues (Allah yarham'houm), Ancien gardien de but de l'USMM, puis de l'OM et au lendemain de l'indépendance il reprendra ses activités sportives avec le club de ses amours USMM,... ARBOUCHE Mouhouch ancien sportif a consacré sa vie avec sérieux et sourire à sa famille, son travail et sans réserve au service du sport,... Avec ses anciens collègues il a été membre fondateur d'une équipe corporatif de football dénommée les "3 H" (Hôpital Hospice de Hadjout) avec laquelle les anciens hospitaliers de Hadjout hommes, femmes et les patients vivaient en harmonieusement et ont rehaussé le prestige de l'hôpital tant dans le cadre professionnelle que sportif. Dès sa retraite le défunt ARBOUCHE Mouhouch passa le relais à ses deux des trois enfants titulaires de l'I.S.T.S (Institut Supérieur des Techniciens Sportifs). Depuis sa retraite la vie du défunt se résumait famille, prière quotidienne et l'excellence relationnelle avec les Marengoins. Depuis le décès de l'un de ses enfants, son fils Rachid (allah yarahmou) on ressentait chez ARBOUCHE Mouhouch tristesse en même temps la résignation puisque profondément croyant il se remettait qu'à Dieu le tout puissant, le clément et miséricordieux.</p><p>Aujourd'hui notre ARBOUCH MOUHOUCH à l'appel de notre Dieu nous quitte pour rejoindre son fils Rachid, ses amis et ses collègues (Allah Yarham'houm), laissant derrière lui ses êtres chers, sa famille et ses amis lesquelles ils garderont du défunt de très bons souvenirs....</p><p>ARBOUCHE MOUHOUCH QUE DIEU T’ÉLÈVE AU PLUS HAUT DE PARADIS ET QU'IL ASSISTE TON ÉPOUSE ET TES ENFANTS DE COURAGE.</p><p>A TOUTE LA FAMILLE ARBOUCHE MOUHOUCH NOUS VOUS PRÉSENTONS NOS SINCÈRES CONDELEANCES...<br />ان لله و ان اليه راجعون‎

    à toi mon frère Taieb qui vient de nous quitter pour un monde meilleur!
    nous nous apprêtions à fêter le mouloud comme chaque année en pareille occasion mais hélas la faucheuse a frappé à notre porte ce mercredi soir et de façon brutale;tu es parti discrètement sur la pointe des pieds rejoindre ton Créateur nous n’avons meme pas eu le temps de nous dire au revoir; nos parents et nos frères et soeursqui nous ont tous quitté seront heureux de te faire une place à coté d’eux;je parlerais de toi des jours et des jours tant ma douleur est immense:tu étais mon frère ainé,mon protecteur ,la lumière qui éclairait ma route;tu étais un océan de tendresse et d’affection pour les tiens et tes amis;
    les aléas de la vie t’ont forgé une carapace de bourru mais ceux qui te connaissent savent que dedans il y avait un cœur gros comme ça !
    tu étais réservé discret fuyant les mondanités avec sous le bras ton journal comme fidèle compagnon;
    hier jeudi jour de ton enterrement tu as réussi la prouesse de réunir autour de toi tous tes amis tes voisins les anciens et les nouveaux et toute ta grande famille dont certains pris par les destin ne se sont pas vus de puis belle lurette!
    ma peine est immense mais je suis croyante et je prie Dieu Tout Puissant de t’accueillir en son vaste Paradis et de nous donner la force le courage et la patience de surmonter cette douloureuse épreuve: toutes mes pensées vont vers Dalil ,Mohamed et Kenza tes enfants ta grande fierté , ta femme et toute la famille réunie
    je ne t’oublierais jamais ya khouya laaziz
    je ne te dis pas adieu mais juste au revoir car entoum essabikoun oua nahnou ellahikoun
    inna lillahi oua inna ilayhi radjioun

    je voudrais profiter de l’occasion pour présenter mes sincères condoléances à la famille Azizi ,Imoussaine mes anciens voisins qui viennent de perdre Djahida à la fleur de l’age et à la famille Zitouni!
    toute ma sympathie à la famille Arbouche car ammi Mouhouche un ancien collègue de l’hôpital de Hadjout est dans un état critique que Dieu soit avec lui

    merci à tous ceux qui liront ce message c’est la voix du cœur qui parle

    La sœur

.ACTE 2: BENCHARIF MOSTEPHA MAIRE DE MARENGO DÉPOSSÉDÉ PAR L’ARBITRAIRE

République Algérienne Démocratique et Populaire

Préfecture d’Alger

Division des affaires économiques

Bureau Départemental du secteur

Socialiste

N° 630 BD.SS

ARRÊTE

LE PRÉFET DU DÉPARTEMENT D’ALGER

Vu le décret N° 63.168 du 9 Mai 1963, relatif à la mise sous protection de l’Etat des Biens mobiliers et immobiliers, dont le mode d’acquisition de gestion d’exploitation ou d’utilisation est susceptible de troubler l’ordre public ou la paix sociale:

ARRÊTE :

ARTICLE 1er: Sont mis sous protection de l’Etat les biens…………de Monsieur BENCHARIF MOSTEPHA……………………….

ARTICLE  2 : —-. MM. Le secrétaire Général de la préfecture d’Alger, le commissaire Central de Police d’Alger, l’Administrateur Général de la ville d’Alger, le Sous-Préfet d’Alger-Sahel, le Sous-Préfet de Blida, le Sous Préfet de Dar El-Beida, sont chargés chacun en ce qui le concerne de l’execution du présent arrêté.

Fait à Alger le 30 septembre 1964

LE PRÉFET,

Signé R. BOUAZZIZ

POUR AMPLIFICATION

POUR LE PRÉFET,

LE SOUS-PRÉFET,

Cachet rond (sous-préfecture de Blida)

Signé: K. BENAZZA

HADJOUT: CERCLE DE L’ÂGE D’OR et la PÉTANQUE

Est-ce  pour le plaisir de l’administration local (APC et Daïra), que l’association CERCLE DE L’ÂGE D’OR a organisé un concourt de pétanque dit des seniors …SANS POUVOIR  PRENDRE UNE INITIATIVE D’ORGANISER UN CONCOURS  « MÉMORIAL » (dicton des boulomanes) à la mémoire d’un ancien boulomanes de Hadjout, aujourd’hui pas dans notre monde,  CHERIF BARBARA en l’occurrence (ALLAH YARAHMOU), ou encore un jubilé en l’honneur de FERRAH AHMED connu sous le pseudo Ahmed Williams éminent photographe professionnel  qui vient de se relever d’une longue et pénible maladie….Malgré ses louables activités LE CERCLE DE L’ÂGE D’OR DE HADJOUT est-il devenu un instrument de circonstance…. et politique (????).
Il est parfaitement compréhensible ce bouquet de fleur de la ville de HADJOUT, photo ci-dessous et les membres de l’association du cercle de l’âge d’or tentent de ressouder les liens profond de notre ville toute génération confondu, dans le respect des valeurs et les traditions ancestrales. 
Sauf que, derrière chaque initiative se cache des intérêts inavoués dont les initiés de notre ville ne pourront ignorés. Les membres de la société civile qu’elles soient sportives (USMM HADJOUT), culturelles (SLIMANIA) et dirions-nous sociale ( CERCLE DE L’ÂGE D’OR) ainsi que « les nombreux comité de quartier », participent consciemment ou inconsciemment, directement ou indirectement à cette déchéance morale qu’est la gestion de notre ville sous l’emprise d’une main mise que toute la population de Hadjout connaît.  
img124.jpg
Notre ville a t-elle perdue ses repères ?, certainement Oui !!!  se disent  « confidentiellement » les communs des HADJOUTIS, de crainte de représailles ils restent bouches cousues,  comme dit un vieux dicton  « le proverbe des trois (3) singes ».  
img125.jpg
Quoique dans un passé récent malgré les aléas de la vie publique qu’elles soient politiques, sociales, culturelles, économiques et autres, la ville de HADJOUT n’a jamais connue une pareille et  basse situation…. Détournements, malversations, délinquance, anarchie, saleté, insécurité, agressions, intimidations, inconduite notoire etc..etc.. dont sont seule responsable les autorités de la ville (Daïra « sous-préfet ») et ses « élus » propulsés par les enfants de HADJOUT,  tant au niveau local, wilaya (départementale), nationale (APN « député », ou sénat).  Les deux  images ci dessus par rapport à celle qui suit ci-dessous démontrent à elles seul l’état d’esprit des enfants de HADJOUT.  Est-ce pour des raisons de bilans  que « ces   autorités » se cachent derrière les activités naïves de ces associations ???   
Contrairement aux autorités locales qui se sont succédées dans notre ville,  il y eu des hauts et des bas,  certes,  mais restèrent humble et modeste, reviennent très souvent à HADJOUT tête haute avec de bons souvenirs mais constatant avec amertumes les dégâts causés  ici et là dans notre belle ville, qui fût jadis une coquette de la Mitidja.
Pour conclure  notre ville a un besoin énorme et urgent de sérénité, de transparence, de confiance notamment. Il existe des hommes et femmes  éminents qui s’attachent à l’intérêt général et plus particulièrement à une cohésion locale  

MARENGO HADJOUT en bref ….

La commune de Hadjout est située au centre-nord de l’Algérie, à proximité du littoral méditerranéen , à 75 kilomètres au sud-ouest d’Alger, à 14 km au sud de Tipasa, à 28 km au sud-est de Cherchell et à 35 km à l’ouest de Blida.

Elle est limitrophe des communes de Tipasa, Nador, Sidi Amar, Merad, Bourkika et Sidi Rached.

Communes limitrophes de Hadjout

Communes limitrophes de Hadjout
 Sidi Amar   Tipasa  Sidi Rached
 Sidi Amar
 Merad
Hadjout  Sidi Rached
 Bourkika
 Merad    Bourkika

Lieux-dits, quartiers et hameaux

Outre son chef-lieu Hadjout-ville, la commune de hadjout est composée des localités suivantes : Sidi Boufadhel, Bordj el Arbâa, Sidi Zid (Nord), Sidi Slimane, Errahaba, Bouyersane (Nord), Le Moulin, Bouchakour et Sidi M’Hamed El Hadj.

Urbanisme

Monument aux morts (centre-ville de Hadjout).

                                                            

Monument aux morts (centre-ville de Hadjout).

C’est une ville dite coloniale par son tracé et son architecture de type français, doublée de la ville nouvelle.

En (1927) l’abreuvoir et le bassin semi-circulaire qui occupaient la croisée des deux voies principales ont disparu et fait place au Monument aux morts qui est le centre ville de Hadjout.

Hadjout comptait en 1926 5 217 habitants, dont 1 200 Français d’origine. La population augmente ensuite rapidement du fait des naissances d’Algériens de souche, de l’attraction du centre, puis lors des évènements, de l’afflux tant européen qu’ Algérien vers un lieu plus sûr.

Au recensement de 1954, la commune compte 13 400 habitants dont 2 456 Français, 122 étrangers et 10 822 Algériens.

En 1960, d’après les chiffres communiqués par M. Frachon, environ 19 500 habitants, 3 500 Européens et 16 000 Musulmans. Les Européens comptent au total 812 familles (moyenne 3,10 par famille) ; les Musulmans 2 444 familles (moyenne 4,52 par famille). La densité de la population est alors de 125,76 habitants au kilomètre carré.

Lors de l’indépendance de l’Algérie en 1962, Hadjout compte 10 000 habitants.

Au recensement de 1998, la commune de Hadjout compte 44 065 habitants. En 2008, la population de la commun est de 48 561 habitants

 

Liste des maires et présidents de l’Assemblée populaire communale successifs.
Période Identité Étiquette Qualité

Hadjout est connue essentiellement pour son coté agricole, elle est l’une des villes des plus importantes de la Mitidja.

Un marché quotidien d’une superficie de 11 500 m2, attirent par son importance la clientèle des wilayas environnantes, il se tient à la sortie ouest de la ville.

Un marché couvert communal a été construit durant la période coloniale, en 1935.

Hormis le coté agricole,  vu sa position géographique Hadjout dispose d’énorme atouts pour devenir un grand pôle stratégique, commerciale, industriel (agro-alimentaire), et artisanale ( proche des stations balnéaires au nord, 08 kilomètres vol d’oiseau et thermal a 19 km environs au sud.

Hadjout est dotée d’un hôpital de 212 lit, d’un centre de santé et de six salles de soins et une polyclinique.

Un centre d’hémodialyse  bâti en 2004 avec une capacité d’accueil de 16 lits.

La pouponnière « Djenane el Kheir » prend en charge les soins des nourrissons et des enfants en collectivité.

Il existe un service d’aide médicale urgente (SAMU), une agence de développement social (ADS).

Hadjout compte 24 écoles d’enseignement primaire, 7 collèges d’enseignement moyen et 3 lycées d’enseignement général. Parmi ces établissements, le plus grand et ancien collège de la ville est l’actuel CEM Mouloud Feraoun (anciennement collège du Square), édifié en 1905 dans le style mauresque dit style Jonnart (du nom du gouverneur général de l’époque).

Le secteur de la formation professionnelle dispose d’un établissement de l’Institut national spécialisé en formation professionnelle (INSFP) et d’un centre de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA).

Une école de jeunes sourds d’une capacité de 67 places accueille des jeunes sourds âgés de 6 à 18 ans en demi-pension.

L’infrastructure sportive de la ville se compose essentiellement d’un stade de football édifié à l’époque coloniale. Il a été réaménagé par une extension de cinq gradins et le terrain revêtu d’une pelouse plus cinq aires de jeux. La salle omnisports accueille de nombreuses compétitions sportives et elle est utilisée également comme salle de spectacle et reçoit diverses manifestations, comprend une salle de musculation.

Les principaux clubs sportifs de Hadjout sont :

  • l’ USMM Hadjout  (Union Sportive Municipal de Marengo Hadjout), club de football fondé en 1947 , le nom du club a été changé en I.R.B.H al Ittihad Riadi li Baladiyet Hadjout ou l’union sportive de la commune de Hadjout;
  • une section de tennis de table, le club a été créé en 1981, titré en termes de palmarès sur le plan national ;
  • un club de pétanque, créé à l’époque coloniale, organisa et participa à plusieurs tournois et titré à l’échelle nationale, FERRAH AHMED ancien champion de monde de pétanque en 1964, en pétanque ou en jeu long né à Hadjout en 1934, a débuté vers 1950. Vainqueur Critérium des AS 1957, participa à 430 triplettes, 2 fois champion d’Algérie;
  • Un club de basketball.