HADJOUT: Une famille jetée à la rue

Une famille composée de 15 membres jetée à la rue

1186280_10201282966769004_870322440_n

LA FAMILLE ABED AHMED N’ARRIVE TOUJOURS PAS À COMPRENDRE POURQUOI LEUR MAISON A ÉTÉ DÉMOLIE ALORS QU’ELLE HABITE DEPUIS 1974 DANS CETTE FERME PILOTE FEKAIRI TAHAR, EN BORDURE DE LA RN 42. 

En effet, lundi dernier, vers 16 h, un huissier de justice, accompagné de la Gendarmerie nationale, a sommé les habitants de cette demeure de quitter les lieux avant de procéder à sa démolition. «Nous n’avons reçu aucune décision de justice pour quitter les lieux, l’huissier ne nous a remis aucun document officiel et aucun responsable local n’est venu nous avertir de ce qui aller se passer», nous dira le chef de famille. Visiblement abattu par ce qu’il vient de lui arriver, il ajoutera : «Je suis sur cette parcelle de terre depuis quarante ans, j’ai formulé le vœu d’être inscrit sur la liste des bénéficiaires de logements ruraux mais ma demande a été tout simplement rejetée.

1374113_538133756261403_1013680151_n

J’ai alors demandé un logement social et, là aussi, ma demande n’a pas rencontré un écho favorable car j’habite sur une terre agricole c’est donc ce secteur qui vous prendra en charge, m’a-t-on dit.» Les affaires de la famille sont éparpillées ici et là sur la terre qui venait d’être labourée, les femmes pleurent leur désarroi et les enfants sont totalement désorientés. «Où dois-je partir ? Qui voudrait de ma famille et de moi ? Est-ce normale de détruire ma maison à l’approche de l’Aïd et je devais marier ma fille dans une quinzaine de jours», dira-t-il en éclatant en sanglots. Par solidarité, la population de ce quartier a fermé la route durant près de quatre heures avant d’être délogée et libérer ainsi la RN 42 vu son trafic dense. Les habitants regrettent la passivité des responsables : «Nous savons que ce n’est pas la faute de l’APC mais nous avons besoin que le premier responsable soit à nos côtés en ces moments difficiles.»

LA NOUVELLE REPUBLIQUE par MOHAMED EL-OUAHED