Insurrection des Beni Menaceur

Marceau, telle a été la dénomination coloniale de l’actuelle Menaceur, agglomération située à 35 kilomètres au sud-ouest de Tipaza, a toujours été connu pour sa résistance aux hordes d’occupation du général de Bourmont, coupeuses d’oreilles et du rouleau compresseur du général Challe. 

Bien avant, Phéniciens, Romains et Vandales virent se briser leurs rêves dominateurs sur les récifs de l’expugnable mont du Chenoua. L’association culturelle «Le cercle de l’âge d’or» a, en date du 12 janvier 2013, coïncidant avec l’année amazighe d’Yennayer, eu la main heureuse en organisant au niveau de la belle salle de conférences de la commune de Hadjout, une rencontre à visée mémorielle consacré au rôle du clan El Barkani dans la résistance à l’occupation coloniale de l’Algérie. Même si l’attache généalogique des intervenants avec les acteurs de l’époque et dont il sera question dans le propos, était évidente, il n’en demeure pas moins que la mémoire collective ne peut à elle seule, contenir dans l’oralité des trésors identitaires dont seule la transcription, peut soustraire à l’injure du temps. Mme Nora Sari Zertal, enseignante, maitre Nadir Bekkat Berkani, avocat et M. Kelil Lacène, chimiste/enseignant et président de l’association, ont réussi avec brio à cristalliser autour de l’objet débattu, l’attention d’une assistance intellectuellement triée sur le volet. 

Les dames, relativement nombreuses, battait en brèche par leur forte présence et leurs interventions, cette dominance machiste et surfaite du sexe opposé. Le seul point noir à l’indicatif de cette rencontre, a été, sans nul doute, la présence ignorée de petites girls-scouts et boy-scouts sagement assis qui ne devaient pas bien saisir les discours faits dans la langue de Molière. Une défaite posthume et de plus pour les Berkani et consorts dont la résistance à l’occupant est le principal sujet de cette manifestation. M. Boualem Benhamouda, moudjahid et ancien ministre et invité d’honneur, sauva quelque peu la mise par sa courte intervention en langue arabe ce qui n’enleva rien à la teneur historique de l’évènement. Bien au contraire. 

Diaporamas à l’appui, M. Lacène, premier intervenant, brossa un tableau sur la saga des Brakna venus de leur lointain «Trab El Brakna » en Mauritanie du Nord pour s’installer d’abord, en Andalousie puis au Magreb central ensuite. L’Inquisition catholique, menée par Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon les en débouta en 1492, tout comme leurs coreligionnaires de l’époque. Les Brakna fuient le paradis perdu pour rejoindre le Rio d’El Oro (actuel Sahara occidental). L’exode a eu du bon pour beaucoup, car ils purent côtoyer, des savants et des exégètes de l’Islam. Ils se familiarisèrent au mysticisme religieux pour ensuite, porter la bonne parole dans ce Maghreb central plongé dans la pénombre du déclin. Abdallah, un des petits fils du patriarche à la tête de la tribu éponyme quitta Sakiet El Hamra, fait le parcours inverse de ses ancêtres Hassanites venus de leur lointain Hidjaz dit-on. 

La première halte se fera autour de 1520 à Médèa, ville fondée par les Zirides. Mohamed El Barkani, y mourra en 1550, sa notoriété religieuse lui fera ériger le mausolée connu jusqu’à ce jour et en fera le saint patron de la cité millénaire. Son fils M’Hamed, dont la descendance était composée de Aicha, Said et Moussa, s’installera quant à lui au pied du massif des Boumâad dans la tribu berbère des Beni Menaceur qui lui fit allégeance spirituelle et l’aida à ériger une grande zaouïa où l’on enseignait le Coran et les préceptes religieux qui seront à la base d’ailleurs, de cette opiniâtreté dans la résistance dont a fait preuve la tribu. C’est à partir de la zaouia que son descendant Mohamed Benaissa El Berkani lèvera une armée de combattants contre l’occupant et deviendra ainsi, l’un des principaux khalifa de l’Emir Abdelkader ; il constituera avec cet autre combattant de la foi, Mohamed ben Allal, neveu du chef spirituel El Hadj Mahieddine Es Seghir ben Allal ould Sidi M’barek, le fer de lance de la résistance des Hadjout dans la Mitidja. Cette tribu aurait disposé de 18.000 combattants sur un total de 60.000 âmes. Quant à maitre Berkani-Bekkat dont la verve d’avocat transparaissait à travers son exposé, tint en haleine l’assistance toute ouïe. Prenant, délibérément, partie contre l’histoire, il affirme que le Khalifa Mohamed Benaissa El Berkani n’a pas eu la place et le rang qui lui reviennent de droit. Issue de la vieille dynastie Senhadja venue du Sud et d’en Menad en était l’aïeul, s’établira à Médèa, à Azazga et Miliana.D’aucuns rattacheraient le patronyme à la cité d’Aberkane dans le sud marocain, d’autres au teint foncé de l’aïeul. Aberkane : noir en berbère. Bien avant 1830, le clan des Brakna composé de  80  personnes disposait de 5000 hectares. 

Ces derniers firent l’objet plus tard de séquestre, qui s’est transformé en dépossession par le juridisme inique du Senatus consulte (décret du sénat) de 1863. Et c’était là, le début d’une colonisation spoliatrice des biens des autochtones, devenus des indigènes sans terre. 

En sa qualité de chef spirituel, il devenait de facto chef de guerre et levait ainsi 7000 combattants, pour participer, le 14 juin 1830, à la bataille de Staoueli. Et ce n’est en fait qu’en 1832 qu’apparut Abdelkader Ibn Mahieddine à l’issue de la«Moubaya» des trois grandes tribus de l’Ouest. Cet érudit que rien ne prédestinait au commandement, devenait à l’âge de 22 ans un interlocuteur politique et militaire respecté par ses propres adversaires. Précédé de sa réputation après sa victoire du 28 juin 1835 sur le général Trezel à la «Macta », il n’eut aucune peine à rallier à sa cause El Berkani et Mahieddine Es Seghir lors de leur rencontre de Djendel chez les Baghdadi. La résistance des Beni Menaceur, conduite par Abdelmalek Sahroui El Berkani, neveu du premier nommé, constitua le principal thème de la remarquable intervention de Mme Nora Sari. Richement documenté, le plaidoyer de la conférencière mené tambour battant, focalisa l’attention de l’assistance sur l’odyssée de ce héros victime expiatoire d’une colonisation sanglante nourrie par des lâchetés locales. Il mena la lutte sur les fronts, interne et externe pour subir, en guise de pénitence, lui et les siens les affres de la déportation. Né en 1801, mort en 1871, il consacrera 46 ans de sa vie à lutter contre l’occupant dont 16 au bagne de Sainte Marguerite au large de Cannes en Méditerranée, rendu célèbre par «Le masque de fer d’Alexandre Dumas ». La tribu des Beni Menaceur, est ce conglomérat de centres urbains, hameaux et mechtas occupant le pâté montagneux, situé entre Cherchell, Miliana et Hadjout. Elle était répartie sur plusieurs unités administratives, elle comprenait en 1871: La commune de Gourine appelée les Beni Menaceur Cheraga et dont les Brakna faisait partie, la commune de Sidi Sémiane comprenait les Beni Menaceur Ghraba, elles relevaient toutes deux du cercle militaire de Cherchell, les communes du Zaccar et Bou Maâd qui couvraient les Beni Menaceur Djebailya relevaient du cercle militaire de Miliana. La colonisation, appliquait par cette dichotomie, la règle d’or de la diversion : «Diviser pour régner ». Au nombre de quatorze fractions, les Beni Menaceur, fort de leur conviction religieuse et leur bon droit, s’opposeront, sous la houlette de Malek Sahraoui Tahar neveu de Sidi Mohamed Benaissa El Barkani, mèneront une résistance acharnée à l’occupation pendant près de quatre décennies. Après la nomination de son oncle par l’émir au poste de khalifa du Titteri, il devient de facto chef de la tribu. 

Il assure l’intérim jusqu’en février 1842, date de son arrestation et de tout le clan. Cette glorieuse résistance, sera réprimée par le sabre et le feu. Et pour prévenir toute velléitaire résistance, on faisait recours à la captivité par la déportation collective. Cette captivité durera 16 ans pour les 94+1 membres du clan. Le 95è bagnard, était un bébé né pendant la traversée de la Méditerranée. 

L’arrêté de déportation, daté du 10 février 1842, stipulera que la zaouïa sera rasée, les archives brulées et les biens mis sous séquestre. Ainsi, la politique de la terre brulée et de la déculturation faisait une entrée tonitruante. Cette stratégie, ne faisait que durcir encore, la position des bastions de résistance restés debout. On pouvait éteindre le feu, mais on n’étouffait, jamais, les braises. 

Au début de 1844, Malek et sa famille sont transférés de Sainte Marguerite au camp de prisonniers de Bône en Algérie et ce jusqu’à décembre 1845. Il s’en évadera pour rejoindre la résistance des Beni Menaceur. Il sera, malheureusement, arrêté le 5 janvier 1854 et reconduit à l’ile Sainte Marguerite. L’élargissement des Braknia, ne sera prononcé qu’en 1858. De retour dans sa tribu, il fera un appel à la mobilisation des dix principaux chefs de tribus. C’est ainsi que par le biais du caid Braham El Bouzidi des Beni Zoui, vieux serviteur de la zaouïa El Berkania, il entrait en contact avec le caid Ahmed Ben Djelloul de la tribu Zatima et avec les chouyoukh de Gouraya et des Larhat. Ainsi conforté par les adhésions, le soff des Brakna pouvait lancer le «Djihad ». Les multiples raisons de l’insurrection, selon l’historien Louis Rinn et d’après les rapports militaire consultés par la conférencière, ne furent en réalité que des prétextes au soulèvement. La cause cardinale était de débouter l’occupation française hors du territoire des Maures. Le 13 juillet 1871, la guerre sainte est proclamée à 15 kms au sud de Cherchell, au marché de Souk El Had des Beni Menaceur. 

Louis Rinn en dit en substance, nous citons : «Là, on se sentit en nombre ; le Djihad fut demandé à grands cris et voté par acclamation ; il fut décidé que le lendemain on marcherait en 3 colonnes, sur Novi (Sidi Ghilès), Cherchell et Zurich (Sidi Amar). Malek n’assistait pas à la réunion, mais il n’était pas loin. La foule alla le chercher, il fut entouré et acclamé et mis en demeure de prendre le commandement du Djihad » Fin de citation. Les escarmouches, les pillages et les attaques allaient durer du 14 juillet au 21 aout 1871 soit 38 jours. La révolte ne s’arrêtera pas, cependant, avec la mort de Malek Sahraoui Tahar El Berkani qui eu lieu le 2 août près de Zurich. Ainsi s’achève la glorieuse saga d’une famille, partie des bords du fleuve Sénégal pour une hasardeuse épopée et qui près de 4 siècles plus tard, est encore mise en opposition avec des soudards croisés dont elle a subi la persécution en Andalousie post islamique. 

Le quotidian d’Oran par Farouk Zahi

Advertisements

4 Réponses

  1. Le site de université kasdi merbah ouargla
    Plus de 1600 Mémoires et Thèses de Doctorat dans différentes spécialités et Domaines de Recherche Scientifique à télécharger
    http://univ-ouargla.dz/
    http://bu.univ-ouargla.dz/
    http://elearn.univ-ouargla.dz/
    http://dspace.univ-ouargla.dz/
    http://manifest.univ-ouargla.dz/
    http://labo.univ-ouargla.dz/
    http://revues.univ-ouargla.dz/

  2. Hello Web Admin, I noticed that your On-Page SEO is is missing a few factors, for one you do not use all three H tags in your post, also I notice that you are not using bold or italics properly in your SEO optimization. On-Page SEO means more now than ever since the new Google update: Panda. No longer are backlinks and simply pinging or sending out a RSS feed the key to getting Google PageRank or Alexa Rankings, You now NEED On-Page SEO. So what is good On-Page SEO?First your keyword must appear in the title.Then it must appear in the URL.You have to optimize your keyword and make sure that it has a nice keyword density of 3-5% in your article with relevant LSI (Latent Semantic Indexing). Then you should spread all H1,H2,H3 tags in your article.Your Keyword should appear in your first paragraph and in the last sentence of the page. You should have relevant usage of Bold and italics of your keyword.There should be one internal link to a page on your blog and you should have one image with an alt tag that has your keyword….wait there’s even more Now what if i told you there was a simple WordPress plugin that does all the On-Page SEO, and automatically for you? That’s right AUTOMATICALLY, just watch this 4minute video for more information at. Seo Plugin

  3. L’association El Barkania (non agréée) et le Cercle de l’âge d’or de Hadjout ont organisé une rencontre très intéressante au niveau du siège de l’APC de Hadjout, samedi dernier, pour célébrer le 170e anniversaire de la déportation des Braknas.

    Khelil Lahcen, Bekat Nadir El Berkani et Mme Sari Nora se sont relayés devant une assistance nombreuse venue de Cherchell, Koléa, Blida et Alger pour animer les conférences sur les combats héroïques menés par les Braknas, les Hadjoutes, les khalifes Benaïssa El Berkani, Mahieddine Med Seghir et Sahraoui Tahar Malek El Berkani. Les recherches effectuées par les trois intervenants ont permis d’abreuver le public d’une foule d’informations sur ces pans de l’histoire d’Algérie occultés malheureusement. Lahcen Khelil, président de l’association M’hamed Houaoura
    Cercle de l’âge d’or, dira en substance : «c’est une rencontre qui nous permettra de libérer quelques faisceaux de lumière pour éclairer le passé révolutionnaire de cette partie de l’ouest de la Mitidja il y a 170 années, et faire sortir de l’oubli les héros algériens qui ont lutté contre l’occupant français et se sont sacrifiés pour notre pays d’une part, et d’autre part évoquer les souffrances des Algériens de cette partie ouest de la wilaya de Tipasa, dont certains avaient été déportés dans des conditions inhumaines vers la Nouvelle-Calédonie et l’île de Sainte-Marguerite en France», ajoute-t-il. Bekat Nadir El Berkani a démontré son talent d’avocat, en évoquant, avec moult détails, l’épopée de Benaïssa El Berkani depuis l’origine de sa tribu, aux liens avec les autres khalifes, avec l’Emir Abdelkader, sa bravoure et son intelligence pour mener les révoltes contre des armées françaises mieux dotées en moyens humains et en équipements militaires.

    «La résistance contre l’occupant français était farouche. Au moment où notre pays célèbre le cinquantenaire de l’indépendance, il est temps et impératif de parler à nos enfants de ces décennies de lutte contre les Français dans cette partie de l’Algérie. L’Emir Abdelkader n’était pas seul, car il y avait des hommes qui sont morts dans les batailles», précise-t-il. L’orateur s’interroge toujours sur le lieu où a été enterré Benaissa El Berkani. Mme Sari Nora a choisi de parler de Malek El Berkani, né en 1801 à Menaceur (ex-Marceau) jusqu’à sa mort en 1871, de son influence durant les révoltes du XIXe siècle et sa capacité dans l’organisation des batailles contre l’occupant ainsi que les ratés de l’Emir Abdelkader dans certaines décisions qui avaient suscité les mécontentements des khalifes. Autant d’informations qui ont séduit le public nombreux. Les trois orateurs ont également lu les courriers authentiques entre les héros algériens et les hautes autorités militaires coloniales au XIXe siècle. La conférence a duré plus de trois heures. Le président de l’association Cercle de l’âge d’or de Hadjout a réussi son premier pari, à l’instar du président de l’association culturelle Ben Allel de Koléa, un coup de projecteur sur ces révoltes populaires contre le colonialisme français qui sont méconnues par les Algériens et occultées dans les livres d’histoire de l’Algérie. 

    • L’initiative de ces associations culturelles ,est à féliciter . Elle a touché un grand public interessé par la question de l’histoire des Braknas lors de la lutte contre l’occupant français , qui dés les premiers jours de la constatation de l’invasion du territoire Algerien à partir de Sidi Fredj , zone de conflit tres proche de Menaceur et Cherchel régions sous l’autorité spirituelle des El Berkanis , ces chefs de Zaouias ont déclaré la guerre sainte sans attendre des directives de qui que ce soit .En tous les cas nous venons en tant que spectateurs ce jour là , de connaitre par le biais des intervenants d’un niveau appreciable , l’histoire ancienne de notre belle Mitidja de l’Est à l’Ouest .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :