ACTE 1: HOMMAGE A BENCHARIF MOSTEFA PREMIER MUSULMAN , ÉLU DU PEUPLE ( 1959-1962),…

La population de l’ex- MARENGO,  a survécu entre 1905 et 1947 l’épreuve d’une élection municipale,  soit 42 années sous le règne de  JEAN-FRANÇOIS MULLER comme premier Magistrat  de cette ville située à l’extrême ouest de la Mitidja, région à vocation agricole, sur une terre fertile par excellence d’où le statut d’Algérien Musulman était alors ignoré par les colons …Bien sur à cette époque là,  l’Algérie ne produisait ni pétrole, ni gaz,   mais ses richesses naturelles et sa production agricole l’Algérie  grenier de l’Afrique et de l’Europe  était la cible des diverses conquêtes et colonisation.

Après 42 années de règnes EMILE VEGLER prendra la succession de JEAN-FRANÇOIS MULLER  de 1947 à 1958 qui durera « politiquement, culturellement et socialement » avec un même état d’esprit, celui  de la continuité ,…Durant cette période,  les crimes contre l’humanité commis le 08 mai 1945 lors des manifestations pacifiques d’Algériens à SETIF, GUELMA, KHERRATA les consciences s’éveillent et les évènements se succèdent au point où la crise de la politique locale de la France subit un contre coup et par effet  nommé MAURICE MAILLAN à la tête de l’exécutif de cette ville comme « Président de la Délégation Spéciale » où il sera chargé d’une « phase de transition »  1958-1959,…

Durant cette période les enjeux politiques, militaires et stratégiques étaient énormes  pour la France, pour les colons, pour les opposants à la politique de colonisation tel que « le parti communiste Français », pour le FLN et pour le GPRA qui avait l’agrément de conduire les négociations avec la partie Française présidait alors par le général DE GAULE…

C’est ainsi que l’élite Algérienne au niveau locale tel que la région de l’Ouest-Mitidja s’étaient constituaient en associations politiques  et en listes indépendantes  furent considérés par « certains éléments (???) de l’après indépendance » comme étant une troisième « force de la politique du général DE GAULE » …

Par exemple les communes de MARCEAU (MENACEUR actuellement), la ville ATTATBA et de MARENGO (actuellement HADJOUT).

Pour la commune de MENACEUR (ex-MARCEAU), dont sa population depuis ses insurrections en entre le 14 juillet et le 21 août 1871 menées par le Cheikh Malek ibn Sahraoui El Berkani et très riche de par son passé « RÉVOLUTIONNAIRE » (http://1novembre54.com/Dossiers-RESISTANCE%20DES%20BENI%20MENACEUR%201871.html

a enfanté un Maire nommé ALI LARBES tombé sous les balles assassines de l’ O.A.S,….

Pour la commune de ATTATBA qui est voisine de la tribu des HADJOUTES  ( à mon humble connaissance cette tribus est originaire de la région de Ouled El Alleug  )  avaient été surnommés  les cavaliers Hadjoutes (http://www.profburp.com/~bertrand/document/bouquin/images/MORAL.html ) ont élu BRAKNI HAMID lui aussi tombé sous balles assassines de l’OAS.

Pour la commune DE HADJOUT (ex-MARENGO) agglomération créée par les colons avec son canton DESAIX,  nom du général Antoine DESAIX, tombé dans le pied mont de l’Italie lors de la bataille dite de MARENGO devenu actuellement NADOR . HADJOUT ex MARENGO qui a enfanté les meilleurs de ses enfants tombés au champs d’honneur a propulsé à la magistrature suprême de cette agglomération son élu BENCHARIF MOSTEFA originaire de Miliana…

ALI LARBES, HAMID BRAKNI et BENCHARIF MOSTEFA  outre élu par la décision des urnes, …BENCHARIF MOSTEFA avait été soutenu par de grandioses manifestations (1959) où furent confondus des slogans NEBOLA BENCHARIF,  en fait NEBOLA voulait dire « NOUS VOULONS » !!!

Hélas les deux premiers ALI LARBES et HAMID BRAKNI devenus martyrs  tombés sous les balles assassines de l’OAS, le premier à Alger et le second sur la route entre ATTATBA et HADJOUT (ALLAH YARHAM CHOUHADAS ) !!! 

pour BENCHARIF MOSTEFA  une victime d’avoir survécu à l’indépendance de notre pays  et par voie de fait fût dépossédé de ses biens par l’arbitraire….

Prochainement la suite de l’arbitraire concernant BENCHARIF MOSTEFA MAIRE DE MARENGO HADJOUT, contraint à l’exil par les gueux de l’administration  qui se sont accaparé du pouvoir sans l’aval du peuple .

 

   

 

LE COUP DE GUEULE DU PRÉSIDENT DE L’USMM HADJOUT !

اتحاد حجوط يعاني من تأخر المساعدات المالية والرئيس يصرّح
 
نقص الإمكانات أثّر سلبا على تحضيرات الفريق
 
الثلاثاء 04 سبتمبر 2012تيبازة: ب. سليم
 
 
 
 
 1653486_614295585311886_405856144_n
 

كشف محمد زيداني، رئيس نادي اتحاد حجوط، أمس، أن تأخر وصول المساعدات المالية أثّر سلبا 
على تحضيرات الفريق الناشط في البطولة الوطنية للهواة، مؤكدا أن المسيّرين لا يمكنهم تحمّل الأعباء المالية للبطولة، خاصة أن الفريق سيلعب هذا الموسم في مجموعة الغرب. 
 قال زيداني، في تصريح لـ »الخبر »، إن المكتب المسيّر ينتظر المساعدات المالية الممنوحة من طرف السلطات، من أجل التحضير الجيّد للبطولة، مشيرا إلى أن السلطات وعدت بتقديم دعم مالي للفريق، على

خلاف الفرق التي تنشط ضمن نفس القسم. وأوضح زيداني بأنه يصعب خوض غمار المنافسة بإمكانات منقوصة، خاصة أن الفريق الذي حوّل إلى مجموعة الغرب، سيضطر للتنقل كثيرا، ما سيضيف المزيد

من الأعباء على الفريق، ولمّح إلى عجز المسيّرين عن مسايرة الوضع الراهن وتوفير الموارد المالية اللازمة،  » لا يمكننا تحمّل أعباء الفرق، بما فيها الأصناف الصغرى، خاصة أننا سنلعب هذا الموسم ضمن

مجموعة الغرب ». زيداني الذي انتخب على رأس النادي منذ أكثر من شهر، بدا قلقا بشأن التأخر المسجل في التحضيرات، وقال  »شرعنا متأخرين في التحضير ووجدنا الكثير من اللاعبين قد أمضوا لفرق

أخرى، واسترجعنا لاعبينا بنسبة 60 في المائة »، مشيرا في ذات السياق إلى أن المعطيات الحالية، دفعت بالمسيّرين إلى التفكير في الحصول على مرتبة مشرفة هذا الموسم.
تجدر الإشارة إلى أن محمد زيداني كان قد تردد في الترشح لعهدة أولمبية أخرى، غير أن الأوساط الرياضية ببلدية حجوط مارست عليه ضغطا للبقاء، وكان الأخير قد طالب بضمانات حتى يتمكن من تسيير الفريق في ظروف عادية

L’Internet sauvera le journalisme algérien

Jusqu’à tout récemment, le débat public en Algérie  était cantonné aux lieux populaires, le plus souvent des cafés.

Pourquoi? Parce que les médias  lourds —radios, télés— qui sont censés porter la voix du peuple sont la propriété du pouvoir, lequel filtre méthodiquement les discours pour n’en retenir que ceux qui ne lui nuisent pas.

Un pouvoir qui, faut-il le rappeler, recourt sans gêne aucune à la censure, dans un pays où la démocratie n’est qu’une illusion de plus, une coquille vide accrochée au fronton de la «République».

Devant cette situation, la presse privée tente de proposer une autre solution et de jouer ainsi son rôle de catalyseur des revendications du peuple.

Mais vite elle prend conscience qu’il existe une ligne jaune à ne pas franchir, et au-delà de laquelle son existence même se retrouverait menacée.

Mais comme la nature à horreur du vide, Internet  est arrivé.

Échapper aux ciseaux de la censure

La Toile est devenue ce perchoir relativement libre, offert aux «oubliés» de l’Unique (ENTV) et de ses autres pendants de propagandes d’Etat.

Il suffit d’un caméscope ou d’un téléphone portable pour créer Evénement et échapper aux ciseaux de la censure.

En effet, que ce soit sur Youtube , plateforme pour vidéobloggeurs, Dailymotion, Facebook ou autres blogs classiques, les Algériens ont pris leurs aises dans ces réseaux sociaux pour exercer ce droit de liberté d’expression qu’on leur refuse en Algérie.

Via ce canal virtuel, les Algériens sont devenus, à l’instar d’autres utilisateurs dans le monde, des citoyens journalistes, parfois sans même qu’ils s’en rendent compte.

Internet a révolutionné les médias classiques dans le monde. Qui de nos jours parmi les journalistes du monde occidental, ne tient pas un blog pour servir à ses lecteurs des petites infos croustillantes, des offs, des avant-goûts et des analyses que l’on ne trouve pas forcément en regardant la télévision ou en lisant la presse?

Les journalistes algériens accusent en revanche un retard certain dans ce domaine par rapport à leurs confrères d’outre-mer.

La voie de la liberté

Eux, plus que d’autres, devraient se mettre à la page, car Internet leur offre une tribune ouverte sur le monde pour tenir informer les lecteurs.

Certains de nos journalistes, curieux, s’adaptent à ce mouvement «in» amorcé par des algériens locaux et de la diaspora, en créant des comptes sur des plateformes comme Facebook où toute une communauté DZ (le nom de domaine en Algérie) existe et échange.

Ironie du sort, au lieu de créer le mouvement, nos faiseurs d’opinion suivent le mouvement créé par ceux auxquels ils s’adressent, les lecteurs.

C’est le cas de le dire: c’est bien là l’histoire de l’élève qui dépasse le maître. C’est cela aussi la magie d’Internet.

Source:  (Algérie Focus) par Fayçal Anseur

RIFIFI AUX KASMATTES ET A LA MOUHAFADHA DE TIPASA, LES ELECTIONS APPROCHES, ça chauffe !!!!!

 
FLN DE TIPAZA
Création d’une coordination de redressement
C’est lors d’une rencontre avec les organes de presse de la wilaya, tenue à la fin de la semaine passée dans une salle au stade
municipal de Tipaza, puisque les portes de la mouhafadha sont restées fermées, les P/APC sortants et quelques représentants
de kasmas de la wilaya , ne pouvant plus supporter l’attitude et les agissement de l’actuel Mouhafedh, ont mis sur place une
coordination de redressement du parti , qui vise selon l’ancien P/APC de Hadjout Mr Kourad ,et pratiquement tous les militants
du parti dans la wilaya, a l’assainissement du parti, de cette gestion mercantile et despotique. Pour un grand nombre de
présents lors de cette réunion, cet assainissement au sein du parti, ne pourrait se faire sans le départ d’Abdelkader Zahali,
comme le réclament tous les militants, l’origine de leur mécontentements, n’est pas uniquement l’élaboration des listes des
élections locales du 29 novembre, où ils ont assisté impuissants, au dernier moment, au remplacement des listes initiales, et ce
pratiquement dans toutes les communes et kasmas, par d’autres comportant des noms qui ne jurent que dévotion et loyauté
envers l’actuel mouhafedh. Pour eux, le vrai problème réside dans la longévité de telles pratiques Zahali étant a la tète de la
mouhafadha de Tipaza depuis 23 ans, « il y va sans dire, qu’il a eu tout le temps et la latitude, de faire main basse sur cette
mouhafadha , et il est clair que ces pratiques ne visent qu’a assurer son maintien, puisque le résultat d’un tel agissement, lui
assure un retour logique des choses lors du prochain congrés du parti en décembre prochain » nous, a déclaré Berouane,
P/APC de Cherchell, qui ajoute que pour la liste de l’APW, le scenario est identique, puisque sur une quarantaine de noms,
quatorze ne seraient autres que des membres de la famille du mouhafedh. Par ailleurs, et a la lumière des dernières décisions
prises lors de cette réunion, la situation pourrait sensiblement évoluer, puisqu’il a été décidé a l’unanimité la rédaction d’un
communiqué, qui sera adressé au secrétaire général du parti, afin qu’il mette un terme à cette situation déplorable, d’autre
part, et d’un commun accord tous les représentants du parti présents, se sont engagés dans le cas échéant, a ne faire aucune
distinction entre Belkhadem et Zahali. A l’issue de cette rencontre, il a été procédé à l’élection de, Berouane comme
coordinateur et Rachid Kourad comme porte parole, ainsi que trois autres membres.
Source: Courrier d’Algérie par A. Amzal

FLN DE TIPAZA

Zahali contre-attaque

La réunion qui s’est tenue ce samedi au niveau de la salle de conférence de l’APC de koléa, et qui a regroupé en plus de la présence du

mouhafedh, l’ensemble des candidats et des responsables, dans un but de préparation aux élections locales, a été en quelque sorte, une

occasion pour Abdelkader Zahali, de revenir sur les propos et les allégations tenus à son encontre.Pour lui, ces propos sont dépourvus de

fondement, comme il dément fortement, en prenant a témoins les chefs de kasmas, sur l’élaboration des listes, et affirme qu’aucune liste

n’a été modifiée, et qu’il ne s’agirait en fait que de réactions désespérées de quelques candidats qui n’ont pas pu se contenter de leur

position, «sur 2 200 candidats il est très difficile de contenter tout le monde» nous dira-t-il, en ajoutant qu’il n’a agi que pour le bien du

parti, d’un autre côté, concernant le nombre de noms de candidats appartenant a sa famille, il défiera quiconque de trouver selon lui, plus

de 2 noms. Pour clarifier un peu plus la situation, il nous expliquera que, parmi les 15 P/APC, six ont déposé leurs candidatures, et dont

quatre ont été retenus en tête de liste, dans les communes de Koléa, de Benni Meleuk, Larhat et Nador. Par ailleurs, le mouhafedh, nous

indiquera que dans le souci d’appliquer le principe de rajeunissement du parti, parmi les 130 élus du dernier mandat, 70 candidats ont

déposé de nouveau leurs dossiers, il ne sera retenu que 30 pour les prochaines élections, et que 60% de ces candidats sont des

universitaires, contrairement toujours aux propos tenus par la coordination. En fin de compte, et pour ne laisser aucun point dans la

confusion, Zahali nous annonce que si les portes de la mouhafadha sont restées fermées ces derniers jours, c’est simplement pour donner

un congé aux employés.

A. Amzal

TAPAGE JUSQU’À L’AUBE A HADJOUT


Beaucoup a été déjà dit et écrit sur les comportements pour le moins dangereux des conducteurs de véhicules dans ces fameux cortèges nuptiaux qui non seulement mettent leurs vies et celles des convives en danger de mort, mais aussi celles des autres usagers de la route et des citoyens d’une façon générale. En effet, il nous été donné de constater que ces cortèges provoquent la confusion et perturbent la circulation automobile sur tous les axes que ces files de voitures empruntent ; autrement dit au passage de ces « fêtards » c’est la pagaille généralisée , où les véhicules roulent en deuxième et même en troisième position bloquant ainsi la route aux autres usagers qui viennent en sens inverse , alors que pour ceux qui par malchance se retrouvent derrière le cortège en question, ils doivent prendre leur mal en patience et attendre que le « cirque » qui se déroule devant sur la chaussée prenne fin . C’est ainsi que des fêtes de mariage se sont transformées en un drame familial suite des accidents mortels qui ont été enregistrés par le passé à travers ces cortèges qui font fi du code la route ou l’excès de vitesse, les dépassements dangereux, et bien d’autres attitudes encore répréhensibles et qui placent en danger de mort tout un chacun. Le constat est sans appel outre le vacarme assourdissant que ces cortèges génèrent et qui indisposent plus d’un, force est d’admettre que cet état de fait est encouragé par « l’indulgence » des agents du service d’ordre qui laissent faire, pour la simple raison qu’ils ne veulent pas « gâcher » l’ambiance à ces fêtards. Or, il se trouve que ces cortèges nuptiaux créent le désordre sur les routes, et constituent ni plus ni moins un danger patent. Sur le même registre , il y a lieu de souligner que l’utilisation des armes à feu, particulièrement les fusils de chasse, lors de ces cérémonies, constitue un autre danger pour la sécurité des convives, des voisins et même des passants. D’ailleurs, la presse fait trop souvent état de victimes d’accidents générés par l’utilisation de ces armes à feu lors de ces cérémonies et la listes des victimes reste malheureusement ouverte , tant que ces armes sont exhibées et font feu durant ces regroupements familiales. Alors, peut-on souhaiter que le rappel à l’ordre de ces fêtards est plus que nécessaire surtout pour les empressés du volant qui veulent toujours arriver en premier sans se soucier des dégâts qu’ils peuvent occasionner à tout instant et aussi pour ceux qui en font un baroud d’honneur à des heures avancées de la nuit, où les fortes détonations réveillent de leur sommeil plus d’un, et engendrent aussi une certaine frayeur pour les moins avertis. Quand aux nuisances sonores générées par ces fêtes de mariage, mieux vaut ne pas en parler, car les comportements pour le moins inciviques des uns et des autres laissent penser qu’ on oublie trop souvent que la liberté de chacun de nous s’arrête là où commence celle des autres ; mais malheureusement, nos concitoyens font fi de cette évidence en continuant à « malmener » le voisinage avec toute la puissance des décibels mis en branle jusqu’aux aurores.

 

Société Civile de HADJOUT à bannir

Un projet qui dérrange

Dans le cadre de  ses prérogatives, le 20 Octobre 2010, Bulle verte a adressé un courrier au Chef de la Daïra de Hadjout, accompagné d’une fiche technique détaillée appuyant l’objet de la demande. (Fiche technique  voir le contenu sur https://elmanchardehadjout.wordpress.com/2012/10/07/black-out-dun-projet-par-les-autorites-de-hadjout/)

EL KORAYA EL KHADRA HADJOUT

Hadjout le 20 Octobre 2010 01,

Email: bullevertedz@yahoo.frWeb: bullevertedz.blogspot.com Réf /07/ BV.AC/2010

A Monsieur le Chef de la Daïra de HADJOUT

Objet : Demande d’affectation d’un Terrain fertile en vue de la création D’un projet horticole

Monsieur le Chef de Daïra,

En vertu des dispositions réglementaires qui régissent l’embellissement des villes en général et la gestion des espaces verts en particulier, notamment par l’article 3 de la Loi n°07-06 du 13 mai 2007 relative à la gestion, à la protection et au développement des espaces verts, nous avons l’honneur de vous demander de bien vouloir étudier les possibilités d’une éventuelle affectation du terrain juxtaposant l’Oued de MERAD appelé communément « Sid Ezzine », au profit de notre association communale « EL KORAYA EL KHADRA » de Hadjout.

En effet et suite à une étude minutieuse de l’état des lieux et concertation des autorités de la Wilaya de Tipaza, en l’occurrence Monsieur le Directeur de l’Environnement, notre association envisage après votre accord, créer un jardin botanique qui abriterait une panoplie de plantes horticoles qui servirait à embellir les foyers ménagers.

A ce titre, nous attirons votre aimable attention que les produits récoltés de ce jardin botanique, qu’ils soient plants ligneux ou herbacés seront distribués gracieusement au profit des ménages à titre d’embellissement de leurs foyers, et ce, dans le cadre, de vulgariser la culture environnementale au sein des concitoyens de la ville de Hadjout.

En outre et de surcroit, cet espace aura à recevoir à titre pédagogique les écoliers adhérents au club vert de l’association. Dans l’attente d’une suite favorable de votre part, Veuillez agréer, Monsieur le Chef de Daïra l’expression de notre parfaite considération

Copie transmise pour information à : – Monsieur le Directeur de l’Environnement de la Wilaya de Tipaza.

(Vous serez certainement ébloui par l’intelligence de la réponse et de la prise en charge de ce projet par les autorités locales  » CHEF DE DAÏRA & P.APC » de notre localité).

Des projets qui s’entassent dans les tiroirs

Hadjout, vient d’un seul coup perdre deux grands projets environnementaux.

– Le CET (Centre d’Enfouissement Technique) censé être réalisable en 2011
– L’aménagement de la “foret Slimania”, censé être diligenté par la Direction de l’Environnement de la Wilaya de Tipasa et dont le budget de réalisation vient d’être détourné pour “un projet-vitrine” qui n’existait pas auparavant.

A ces deux échecs, passés sous silence, par nos “illuminés” représentants de notre ville au niveau communal et au niveau de l’APW, c’est l’espoir de plusieurs générations de cette bourgade qui vient d’être anéanti, en attendant d’autres qui vont certainement apparaître, dans les mois à venir.

Il est, malheureusement, triste de constater qu’on a été représenté par une médiocrité criarde et que l’on continue à entendre encore les diatribes de cette médiocrité, pour ne pas dire nullité.
Si les gens, censés aimer et activer pour le bien de cette ville, laissent passer l’opportunité de montrer leur désarroi et leur désapprobation à ce qui s’est fait jusqu’à présent et à ce qui se fera à l’avenir, par une caste de pseudo-politiciens qui ne sert qu’à se promouvoir financièrement et se doter d’une légitimité de façade, qu’ils se taisent à jamais.

 

BLACK-OUT D’UN PROJET PAR LES AUTORITÉS DE HADJOUT

S O M M A I R E
· Présentation.
· Justification de l’opération.
· Raisons ayant motivé la demande.
· Localisation et contenance.
· Données générales de l’aire d’étude.
· Schéma d’aménagement.
· Vue satellitaire du site.
· Conclusion.

FICHE TECHNIQUE DE CRÉATION D’UN JARDIN ÉDUCATIF PROPOSÉE PAR L’ASSOCIATION ENVIRONNEMENTALE EL KORAYA EL KHADRA « Bulle Verte ». DE LA COMMUNE DE HADJOUT.

Fiche technique
Avant projet : Création d’un Jardin Éducatif dans la commune de HADJOUT.

PRÉSENTATION :
L’étude préliminaire pour la création d’un espace vert sur 2,56 hectares situé au lieu dit Sid Ezzine.

JUSTIFICATION DE L’OPERATION :
L’aménagement des espaces verts répond à un objectif global qui vise l’amélioration de la qualité de vie des citoyens par la possibilité d’instaurer une culture environnementale, dans la vie quotidienne des citadins.
La présence de tels espaces constitue aussi une principale action d’éducation et de sensibilisation suffisante pour assurer le respect des citoyens à l’arbre, l’environnement et la nature en général.

1- Objectif principal :
Création d’un jardin horticole tel qu’il a été inscrit par la loi n°07-06 du 13 mai 2007 relative à la gestion, la protection et au développement des espaces verts afin de partager des expériences de jardinage et proposer des animations en lien avec le jardinage et les saisons aux habitants de la ville de Hadjout.

2- Objectifs spécifiques :
• Favoriser une plus grande variété de plantes dans la ville et par la même une plus grande diversité d’insectes et d’oiseaux.
• Permettre aux enfants de s’initier au cycle des saisons et de faire des expériences avec l’élément vivant qu’est la plante.
• Améliorer le microclimat (grâce à la capacité de rétention d’eau des surfaces plantées contrairement au surfaces imperméables qui retiennent la chaleur).
• Créer des liens entre les habitants de la localité : qui partageront le jardinage de parcelles collectives mais aussi leurs différentes expériences et traditions en relation aux plantes culinaires, médicales et décoratives.
• Organiser des événements culturels et artistiques autour du jardin et des saisons.

RAISONS AYANT MOTIVE LA DEMANDE :
L’absence de création d’un microclimat, de plantations horticoles et d’arbres pour améliorer la qualité de l’environnement transforme nos cités en espaces occupés exclusivement par le béton. En Algérie, la superficie consacrée actuellement aux espaces verts, reste relativement faible et ne représente que 1 m2 par habitant alors que les normes internationales sont de 10 m2 par habitant.
La loi relative à la gestion, à la protection et au développement des espaces verts, met en place une véritable politique pour l’instauration d’un réseau d’espaces verts en vue de la préservation de la qualité de notre cadre de vie. Cette loi a pour objectifs notamment, d’améliorer le cadre de vie urbain, d’entretenir
et d’améliorer la qualité des espaces verts urbains existants, de promouvoir la création d’espaces verts de toute nature, de promouvoir l’extension des espaces verts par rapport aux espaces bâtis et de faire de l’introduction des espaces verts dans tout projet de construction, une obligation prise en charge par les études urbanistiques et architecturales publiques et privées. Ces objectifs correspondent aux exigences affirmées à maintes occasions par son Excellence Monsieur le Président de la République, et trouvent ainsi un cadre légal à leur concrétisation.

LOCALISATION ET CONTENANCE :
L’aire d’étude est juxtaposée à l’Oued Meurad. Délimitée au Nord par la rue du Stade, endroit appelé communément « Sid Ezzine », au Sud par la rue du 1er Novembre, à l’Est par l’Oued de Meurad et à l’Ouest par la cité des 82 Logements du chef lieu de la commune de Hadjout.
Elle s’étend sur une superficie de 6349 m2 correspondant à l’îlot N°15 de la section N°33 enregistrée au nom de l’état sous le numéro de compte 25 auprès du cadastre de la wilaya de TIPAZA, qui relève du statut juridique communal.
L’espace visé est accessible par la partie Nord et par la partie Sud.

DONNÉES GÉNÉRALES DE L’AIRE D’ETUDE :
Le terrain fût l’objet d’appropriation illicite à deux reprises par des citoyens dans le besoin de se loger
Il est actuellement ouvert à des déversements illégaux et agressifs envers l’environnement par des gravats et des déchets ménagers de tout genre.

SCHÉMA AMÉNAGEMENT.

A- Les travaux « de fond »
L’état actuel de l’espace vert destiné à la culture et à l’accueil du public fait apparaître la nécessité d’entreprendre divers travaux :
• le décompactage du sol après enlèvement des gravas présents ;
• la sécurisation du fond de la parcelle : délimiter un périmètre de sécurité (zone clôturée, inaccessible au public).
Au regard des différentes cultures envisagées par l’association, après enlèvement des gravas et décompactage du sol, nous pensons que dans l’hypothèse où les travaux préalables révéleraient un sol non cultivable, un apport de terre végétale serait nécessaire sur une profondeur de 40 cm pour l’ensemble de la surface du site.

B- Infrastructures
Entrées/sorties. Il a été retenu par les membres de l’association d’aménager une entré principale au site ainsi qu’une petite entrée qui sera ouverte occasionnellement lors d’événements drainant un public important et desservie par un petit chemin en pas japonais ou similaire.
1- Clôture
Pour une harmonie avec les pavillons environnants, les adhérents souhaiteraient une clôture composée de grilles sur murets.
2- Point d’eau
Les adhérents se sont prononcés pour l’aménagement d’un seul point d’eau pour l’ensemble du jardin dans le but de favoriser les économies d’eau pour la préservation de l’environnement.
3- Toilettes
Les services techniques de la ville devraient se pencher à l’état des réseaux d’eau et d’assainissement.
4- Cabanon de jardinage
Un cabanon paraît indispensable pour stocker, mais aussi pour se rencontrer en toutes saisons entre jardiniers et sections du « Club Vert »
Les adhérents souhaitent voir que ce cabanon fasse partie de l’investissement de la collectivité publique, sous une forme à déterminer : achat d’un cabanon choisi avec l’association, construction supervisée par l’association. Un groupe sera créé afin de préparer, avec les services, le projet à réaliser.

C- Matériel de culture
1- Semences et plants
L’association entreprendra la création de divers partenariats afin de faire connaître son projet et d’organiser des animations, notamment avec des écoles. Ses partenariats représentent également une opportunité pour l’association en termes de fourniture de plants et semences.
2- Outillage et matériel de culture
Au regard des différentes cultures envisagées, les adhérents ont dressé une liste du matériel de culture qui leur sera nécessaire :
• 3 fourches
• 3 bêches
• 3 pelles
• 3 petites pelles
• 5 arrosoirs : 2X10L – 2X8L – 2X5L
• 1 scie d’arboriculture
• 2 brouettes
• 3 sécateurs
• 1 sécateur de force
• 2 seaux
• 3 binettes
• 1 tamis à compost
• 1 stock de pots en terre cuite de différentes tailles
• 1 tas de sable de 2m3
• 1 dispositif de récupération des eaux de pluie

De la même manière que pour les plants et semences, l’association se chargera de la recherche de partenaires pouvant lui fournir du matériel de culture.

D- Moyens Humains
1- Jardinage
Engagement à plein temps d’un jardinier pour s’occuper du site en permanence.
2- Sécurisation du site
Engagement de deux gardiens, un pour le jour et un autre pour la nuit et c’est plus que nécessaire (cabane et matériels fixes)

VUE SATELLITAIRE DU SITE.
PHOTO SATELLITAIRE DE L’ESPACE ÉDUCATIF SECTION N° 33 ILOT N°15.COMMUNE DE HADJOUT.

CONCLUSION
Au regard de ces projections, nous demeurons convaincus que cet avant projet, une fois validé par les autorités compétentes aura un impact de permettre de vivre dehors, au rythme des saisons, au contact des éléments.
– Développer la curiosité, inviter à l’observation, exprimer son questionnement, pratiquer des expériences scientifiques et techniques, aiguiser son sens de l’analyse.
– Jouer avec ses sens (diversité des plantes, activités d’éveil sensoriel).
– Apprendre à manger des produits de saisons et de qualité (légumes anciens ou nouveaux, plantes aromatiques, tisanes …).
– Apprendre à aménager un espace délaissé ou à transformer.
– Prendre conscience de la complexité des relations de l’homme et son milieu de vie, des êtres vivants entre eux, de l’influence des éléments.
– Agir dans le respect de notre environnement (être capable de jardiner selon des techniques biologiques, maîtriser les dépenses d’énergie, privilégier la récupération…).
– Se concerter, discuter apprendre à faire des choix pour aboutir ensemble.
– Tisser des liens sociaux (rompre l’isolement et l’exclusion, ou rencontrer et faire se rencontrer des publics différents, dynamiser une vie de quartier….).

Par ailleurs, cette ambiance permettra à la municipalité et à ses habitants de disposer gracieusement de plantes pour embellir les espaces verts de la ville et les devantures des habitations à tout moment de l’année.et générera à son tour une activité lucrative qui favorisera sans doute le développement de certains métiers artisanaux tel que la poterie et autres.